Patrimoine

Eglise de la Nativité-de-la-Vierge

Symbole de l'histoire de Combles, dominant le coeur de la commune, édifice de pierres, construit aux XVe et XVIe siècles.


 

 

 

 

     

 

 

L’église se compose de deux parties distinctes : une nef du XVe siècle, basse, voûtée de croisées d’ogives simples, et un transept et une abside à cinq pans construits au XVIe siècle, en pleine époque Renaissance. L’aspect majestueux du transept et de l’abside est rehaussé par un voûtement d’église-halle complexe de liernes et de tiercerons, avec clef pendante au-dessus du maître-autel. A l’extérieur, quelques pinacles subsistent, surmontant les contreforts du transept. 

 

Source : Le patrimoine des communes de la Meuse – Lorraine – Flohic Editions

 

 

 

Vierge à l'Enfant                                                         Christ en croix

      

  

  Fin du XVe siècle                                                                              XVIIIe siècle
  Pierre (H : 120 cm env.)                                                                   Bois polychrome
 
Eglise de la Nativité-de-la-Vierge

                       

 

Cette sculpture présente toutes les marques du gothique finissant. La Vierge, enveloppée d’un manteau aux nombreux plis cassés, vêtue d’une robe à encolure droite, porte son Enfant sur le bras droit. Le sculpteur a accentué ici l’aspect maternel humain de Marie ; les deux visages se rejoignent dans un dialogue intime.

 

Source : Le patrimoine des communes de la Meuse – Lorraine – Flohic Editions

 


 

 

Chaire

 

1703
Bois de chêne
Eglise de la Nativité-de-la-Vierge

 

 

 

 

Comme le rappelle l’inscription gravée sous l’abat-voix, cette chaire à prêcher a été érigée à la demande de François Pichaucourt, religieux de l’abbaye Jeand’heurs, nommé curé de Combles en 1692. Elle est décorée d’acanthe et de guirlandes de feuilles de laurier. La cuve, dont les panneaux sont ornés de médaillons représentant les quatre évangélistes avec leurs attributs respectifs, est soutenue par un culot orné de monstres marins. L’iconographie montre les représentations, sur la montée d’escalier, de l’Annonciation et des deux Pères de l’Eglise saint Ambroise et saint Augustin. Sur le dossier est sculptée une image du pélican nourricier. L’ensemble est surmonté par une couronne monumentale.

 

Source : Le patrimoine des communes de la Meuse – Lorraine – Flohic Editions

 

 


 

Château

1571 – XVIIIe et XIXe siècles
Calcaire et Bois

 

Construit à l’initiative de la famille Camus, le château s’élève dans un grand parc. Le bâtiment principal, surmonté d’un toit à croupe couvert de tuiles plates, est prolongé au XVIIIe siècle par deux ailes. Les deux niveaux sont éclairés par des fenêtres à linteau en arc segmentaire. A partir de 1868, M. Saincere, maire de Bar le Duc, entreprend de nombreux travaux, en faisant notamment rehausser le corps principal, mais tout en conservant les proportions du XVIe siècle. La propriété abrite également un colombier du XIXe siècle. Le parc abrite désormais un parcours de golf.

                                                                                  

Source : Le patrimoine des communes de la Meuse – Lorraine – Flohic Editions

 


 

 

Ancienne grange du Pressoir

 

XVIIIe – XIXe siècle
Pierre
Rue du Pressoir

 

 

                                                                                           

 

Jusqu’en 1913, le Barrois est un pays de tradition viticole, produisant notamment du pineau. Un pressoir communal est mentionné à Combles-en-Barrois dès le XVe siècle ; à partir du XVIIIe siècle, il est installé dans cette grange. En 1960 (la petite histoire dit 1970...!!), l’office du tourisme de Bar le Duc rachète le pressoir, qui est désormais présenté dans une maison située au 75, rue des Ducs à Bar le Duc

 

Source : Le patrimoine des communes de la Meuse – Lorraine – Flohic Editions

 

 


 

Pressoir seigneurial de Combles

 

XVe siècle
Classé Monument Historique
75 rue des Ducs de Bar à Bar-le-Duc

 

 

 

Caractéristiques :
Hauteur : 6 m
Longueur : 9,53 m
Largeur : 4,50 m
Poids : 10 tonnes

 

Le pressoir se compose :

 

 1. d'un arbre ou levier formé de quatre poutres de chêne longues de 9,53 m
 2. de montants de 4 m de hauteur, les jumelles côté extérieur et fausses jumelles du côté du milieu du pressoir
 3. d'une maie où est déposé le raisin; celle-ci mesure 5,85 m sur 3,60 m
 4. d'une vis en orme mesurant environ 5 m, alourdie à son extrémité par une pierre

 
L'arbre se trouve en bascule sur un axe traversant les fausses jumelles. Il agit comme levier, s'exerçant de par sa masse sur des lattes ou méaux disposés au dessus des lits de raisins étalés dans la maie.

A un moment donné, on retire la traverse d'appui et au contraire, on enfonce des traverses dans la mortaise des jumelles. A ce stade, l'arbre de presse a atteint son niveau le plus bas. Il repose sur la maie et l'effort de presse augmente encore après quelques tours de vis. A la limite, l'effort est si important qu'il soulève la pierre.

L'opération peut durer de 12 à 20 heures et produire vingt à vint-cinq pièces de vin soit 4400 à 5500 litres de moût. Elle nécessite la présence de 5 à 6 hommes pour presser le raisin contenu dans la maie.

 

Pour la petite histoire :

Le Pressoir de Combles a été acheté à la commune par le Syndicat d'Initiative de Bar-le-Duc en 1970, remis à la Ville de Bar-le-Duc par le Syndicat d'Initiative en 1971, démonté pièce par pièce et réinstallé finalement au 75 Rue des Ducs de Bar en 1977.


 

 

 

     
  


     

Ancien presbytère

 

                                                     


   

 

Monument aux Fusillés

 

1947
Pierre
Route de Bar le Duc

 

 

 

Ce monument en forme de croix de Lorraine a été élevé par l’amicale des FFI de Bar le Duc pour rendre hommage aux sept maquisards d’Argonne fusillés le 23 août 1944, quelques jours avant la libération du Sud meusien ; leurs cadavres, enterrés sommairement dans un bois, ont été exhumés après le départ de l’occupant.

 

Source : Le patrimoine des communes de la Meuse – Lorraine – Flohic Editions

 


 

Monument aux morts

 

Situé à l'entrée du cimetière, il porte les noms des morts des
guerres de 1870, 1914 et 1939.

La plaque, quant à elle, est installée dans le hall de la mairie.
 

 


 

Le couronnement de la Vierge

1er quart XVIe siècle
Haut-relief ; taille directe ; revers non travaillé ; pierre
Lieu de conservation : Paris ; Musée national du moyen âge - thermes de Cluny

 cliquez   ici:

       

haut de page